Étourdissements et vertiges

Comment AtlasPROfilax® peut aider à soulager les étourdissements et vertiges


Étourdissements et vertiges

D'origine cervicale

Lorsque la musculature sous-occipitale subit des contractures prolongées, celles-ci induisent une raideur articulaire entre Occipital, Atlas et Axis. Ceci peut conduire à un léger pressage de l'artère vertébrale, ce qui donne naissance à l'une des artères qui nourrit le cervelet (centre de l'équilibre). Des changements dans l'apport sanguin au cervelet peuvent causer des étourdissements et des vertiges.

La pression continue sur les voies d'irrigation du cerveau peut entraîner une diminution de l'oxygène, ce qui peut provoquer des vertiges dans certains cas. De plus, l'inflammation des muscles sous-occipitaux est responsable de l'envoi de signaux déformés par rapport à la position articulaire, ce qui pourrait altérer l'équilibre du corps.

Efficacité, améliorations et contraintes d'AtlasPROfilax® sur les étourdissements et vertiges

  • Environ 56 % des patients ayant reçu AtlasPROfilax® ont signalé une amélioration totale de l'équilibre.
  • Chez 22 % des patients traités par AtlasPROfilax®, une amélioration significative (80 %) des étourdissements et des vertiges a été observée.
  • 16% des patients ont rapporté une amélioration de seulement 50% de leur équilibre corporel après l'application d'AtlasPROfilax®.
  • 6 % des patients n'ont signalé aucune amélioration. Tout à fait logique si l'on considère les multiples causes associées aux étourdissements et aux vertiges.

Les étourdissements et les vertiges sont généralement des affections comportant des composantes neurologiques et oto-rhino-laryngologiques (sclérose en plaques, labyrinthite, syndrome de Ménière, épilepsie, etc.), vasculaires (AVC, hypertension artérielle, etc.) mais peuvent également accompagner des troubles digestifs (stéatose, parasitose, intoxication alimentaire, etc.). Tout ceci limite l'efficacité de la correction du DIM de C1.

Témoignages

AtlasPROfilax et les étourdissements et vertiges

No headaches tablets anymore and no dizziness

"I'm just so excited. It's really, really good. The best thing that I have done!"

Deborah had dreadful head and neck problems, all was very very…

Bibliographie associée :

  • Janet G. Travell; David G. Simons; Lois S. Simons Myofascial Pain and Dysfunction: The Trigger Point Manual, Vol. 1. Lippincott Williams&Wilk, 1998.
  • Thomas Brandt, Marianne Dieterich, Michael Strupp. Vertigo - Leitsymptom Schwindel.Springer; 2012
  • Beck, Randy W. Functional Neurology for Practitioners of Manual Medicine. Elsevier Churchill Livingstone. 2011
  • Kirk, Eriksen. Upper Cervical Subluxation Complex: A Review of the Chiropractic and Medical Literature.Lippincott Raven. 2003.
  • Thomas, Lucy C.; Rivett, Darren A.; Bateman, Grant; Stanwell, Peter; Levi, Christopher R. Effect of Selected Manual Therapy Interventions for Mechanical Neck Pain on Vertebral and Internal Carotid Arterial Blood Flow and Cerebral Inflow. Journal of American Physical Therapy Association. 2013.

Avertissement

Veuillez lire notre avertissement

Il n'est pas dans notre intention que les lecteurs de ce site Web supposent que le dérangement intervertébral mineur de l'Atlas est la seule cause des problèmes de santé énumérés ci-dessous dans cette section.  La douleur est habituellement un signe d'avertissement qu'il y a une lésion tissulaire réelle ou potentielle, il est donc nécessaire d'aller chez un spécialiste pour prévenir de ses causes possibles.

Par exemple, un mal de tête ou une douleur locale peut avoir plusieurs causes et être un signe qu'une maladie est en cours. Même les douleurs musculaires bénignes apparentes peuvent signaler un trouble métabolique, immunitaire, vasculaire ou articulaire. Par conséquent, si vous avez l'un de ces problèmes de santé, consultez votre médecin et suivez le traitement correspondant. N'oubliez pas de gérer votre santé rapidement.

AtlasPROfilax® est une méthode kinésiologique qui soutient la médecine allopathique et naturelle ainsi que la dentisterie orthopédique. En aucun cas, il n'interfère avec ou ne remplace les traitements médicaux ou dentaires ou les médicaments. Le seul objectif est de corriger le DIM de l'Atlas pour améliorer la qualité de vie du patient et en faire un terrain plus fertile pour tout traitement et thérapie ultérieurs.

De la même façon qu'un grand nombre de patients réagissent assez bien aux spécialités de la médecine complémentaire (homéopathie, thérapie neuronale, acupuncture, naturopathie, aromathérapie, nutraceutique, ostéopathie, chiropratique, massage, thérapie énergétique, etc.) il existe toujours une population qui n'a pas les résultats attendus en raison de sa faible sensibilité à ces techniques ou pour sa santé même.

Par ailleurs, comme le citent les biologistes chiliens Maturana et Varela, « les êtres vivants sont des réseaux de productions moléculaires dans lesquels les molécules produites génèrent avec leurs interactions le même réseau qui les produit ». Ce principe d'autopoïèse, qui traite de l'autoproduction et de l'autorégulation, explique pourquoi certains patients évoluent favorablement avec une thérapie et d'autres non.

Tout cela pour souligner que la correction Atlas DIM s'est montrée très efficace pour réduire la douleur myofasciale chronique bénigne, dans certains désordres fonctionnels de la posture ainsi que dans la réorganisation du Système Tonique Postural. Cependant, comme dans toutes les spécialités de la médecine complémentaire, les résultats sont proportionnels à l'autopoïèse du patient. 
Il existe plusieurs étiologies probables pour le développement de dysfonctionnements et de douleurs dans l'organisme, à partir d'altérations endogènes (génétiques, congénitales, auto-immunes, etc.), exogènes (allergiques, iatrogènes, pathogènes, etc.), environnementales (mécanoposturales, ergonomiques, professionnelles, etc.) et multifactorielles (néoplastiques, idiopathiques, psychosomatiques, etc.).

Le désalignement de l'Atlas n'avait pas été présent avant le développement de l'ostéopathie en 1874 par A. Taylor Still, M.D. et la naissance de la chiropratique en 1895 par D. D. Palmer.  L'inclusion du concept de Dérangement Intervertébral Mineur a été faite en 1969 par R. Maigne, M.D. Le DIM de l'Atlas, étudié en profondeur pendant 20 ans par Dr R.-C. Schümperli, E.M., a été publié en 1993.
Le DIM de C1 est l'un des facteurs déclenchants de la douleur myofasciale mais ce n'est pas le seul. Les troubles intervertébraux mineurs de n'importe quelle région de la colonne vertébrale peuvent être projetés douloureusement dans certains muscles et ligaments. Ceci pour souligner que le DIM de C1 n'est pas la justification de toutes les douleurs myofasciales, bien que la correction de ce DIM favorise l'inversion des DIM d'autres régions.
La correction du DIM de C1 a été très favorable dans les cas suivants:

  • Hystérésis Fasciale (déformation plastique des tissus fasciaux qui empêche la bonne longueur des muscles).
  • Un large éventail de douleurs (céphalées, cervicalgies, brachialgies, dorsalgies, lumbalgies, sacralgies, coccygodynie, coxalgies, gonalgies et talalgies).
  • Douleur chronique qui n'est ni maligne, ni métabolique, ni auto-immune (douleurs musculaires, périarticulaires et paravertébrales).
  • Propension à la rigidité musculaire et articulaire de nature non maligne (qui n'est pas le produit de dérèglements métaboliques, génétiques ou congénitaux).
  • Altérations de la posture (qui ne sont pas d'origine neuropathique, myopathique et/ou ostéopathique, ou par syndromes congénitaux ou génétiques).
  • Contractures chroniques (non liées à des affections dégénératives de la colonne vertébrale et des articulations).
  • Points de déclenchement (affectant principalement la tête, le cou et les membres supérieurs). 
  • Certains syndromes de stress (qui n'ont pas eu une bonne réponse thérapeutique aux techniques conventionnelles).
  • Mauvaise exécution de tâches et d'activités simples (diminution progressive de la force et de la mobilité, sans origine neuropathique ou génétique).
  • Syndromes post-coup de fouet cervical (troubles de l'humeur et du sommeil, douleur et raideur galopantes, le tout après un accident).
  • Douleur sédentaire (chez les patients qui ont un syndrome croisé supérieur aggravé par leur travail et leur posture).
  • Troubles liés à la fibromyalgie (maux de tête, troubles du sommeil et de l'humeur, douleurs diffuses, altérations nerveuses dans les intestins, etc.) 
  • Troubles musculo-squelettiques difficiles à diagnostiquer en raison de leur symptomatologie caméléon (qui n'ont pas un caractère malin, génétique ou auto-immun).
  • Céphalée cervicogénique (qui ne sont pas le produit d'altérations apophysaires, ni facettaires ni discales de la colonne cervicale).
  • Céphalées de tension (non liées à des troubles vasculaires ou articulaires de la colonne cervicale).
  • Céphalées vasculaires (non malignes et non liées à la présence de tumeurs, caillots et/ou anévrismes). 
  • Difficulté à soutenir la tête (non liée à l'ostéoporose, aux maladies neurologiques et à l'instabilité cervicale).
  • Étourdissements et vertiges d'origine cervicale (non causés par des ostéophytes cervicaux, une discarthrose cervicale et un écrasement vertébral).
  • Douleur liée au syndrome de fatigue chronique (qui n'est pas générée par la thyroïdite, le rotavirus, la candidose ou la vulnérabilité chimique).
  • Troubles des disques intervertébraux, en particulier ceux de la région lombaire. (Sauf spondylolisthèse, discarthrose et tumeurs).